Mike Will

Mike Will

Obscur pour le public français… Mais qui est ce Mike Will ?

Michaël Williams de son vrai nom est un jeune, très jeune producteur américain (24 ans). Vous le connaissez tous, sans l’avoir jamais vu. Rien que cette année, vous avez eu le droit a un paquet de hits produits par ses soins : We can’t stop de Miley Cyrus, Pour it up de Rihanna, No lie de 2Chainz et Drake, Mercy de Kanye West, Love me de Lil’Wayne, Drake et Future. Dès que vous entendez le petit jingle « Mike Will » susurré par une voix féminine en début de morceau, c’est que c’est une musique de… Bah Mike Will, forcément…
Né à Atlanta, d’une mère chanteuse de Gospel et d’un père, euh noir américain donc pas à la maison (oui, assumons ce cliché jusqu’au bout), il touche à la musique très jeune. Il commence par rejouer les instrumentales de ses tubes préférés, mais en viendra assez rapidement à la composition. Très sportif, il obtient une bourse d’étude en faculté, mais abandonne au bout de quelques semestres pour se concentrer sur sa carrière de beatmaker, parce que les études c’est bien mais les thunes c’est mieux.
En fait, fan de Gucci Mane, il se présente à lui en lui donnant un CD de beats, et Mane lui en achète un. C’est ici que commence une longue collaboration entre les deux artistes. Mais comme Atlanta est comme un petit village rempli de gentils petits rappeurs armés jusqu’aux dents, le mot se passe vite sur ce petit génie qui a fait la plupart des beats de No pad, No pencil de Gucci Mane. Future, Waka Wocka Flame (n’importe quoi ce blaze) ou 2Chainz sont les noms des artistes qui souhaiteront travailler avec Mike Will.

C’est en 2011 que vient la consécration.

Rick Ross est en plein essor avec son label Maybach Music, et propose à Mike Will de faire une production sur Self Made Vol.1, un projet qui regroupe  tous les artistes du label. Et de cette collaboration ressort l’énorme Tupac’s back de Meek Mill et Rick Ross. C’est le début de la gloire.

 

Entre 2011 et 2012, il produira des titres presque tous classés au Billboard américain pour : Kanye West, 2Chainz, Lil’Wayne, Ludacris, T.I., Diddy, Future, Mac Miller, French Montana ou encore Jeremih. Dès qu’il branche ses machines, il fait un hit. Mais il est frustré le petit pépère d’être dans l’ombre… Et c’est en cette fin d’année qu’il sort 23 avec Miley Cyrus, et Wiz Khalifa. Et c’est signé Mike Will Made It. Oui, il sort SON album, bien à lui. Le morceau est résolument Dirty South, il revient sur ses origines, The ATL’s Sound. Miley Cyrus est fidèle à ce qu’elle fait en ce moment, poser sa voix en petite tenue et en se tripotant le clitoris et les tétons, mais il faut avouer qu’elle est forte la coquine. Wiz Khalifa est une fois de plus très fort… Et arriver à réunir ses deux-là sur un titre résolument Crunk et underground, et en faire un tube, seul Mike Will pouvait le faire.

Il faut espérer qu’il ne sera pas pris dans une boulimie de reconnaissance du public et saura s’arrêter, à l’inverse de certains producteurs qui se sont tiré une balle dans le pied à force de se masturber publiquement sur leur musique.

Johnwait.net – Brahma

b2a