Sopico Unplugged #4: La Nuit

Sopico Unplugged #4: La Nuit

Quand c’est trop, c’est Sopico !

 

Et oui Johnwait vous avait manqué n’est ce pas ? 1 an pour attendre une aussi bonne blague, ça en valait la peine non ?

Les gens (4,5 personnes grand max) me réclament des nouveaux articles, des nouvelles découvertes, je me sens comme un dealer de coke, je me dois de fournir ces junkies… Vous remarquerez que ma motivation pour ce site reprend toujours à la même période ! d’Octobre à Décembre, et puis je laisse le site en jachère, finalement appelez moi John Deere l’agriculteur.

Bref, laissez moi vous présenter SOPICO ! Vous remarquerez au passage que désormais pour faire du rap, il faut avoir les cheveux qui touchent la nuque (bientôt les rappeurs vont faire des spots de pub pour l’Oréal).

Mais pour être honnête, c’est cette variété qui me plait beaucoup dans le paysage rap actuel. Pour ceux qui font l’effort de bien chercher, il y en a pour tous les goûts.

Revenons 15 ans en arrière, les villes approvisionnant les nouveaux artistes étaient principalement Paris et Marseille, qu’on a d’ailleurs essayé d’opposer comme au foot, heureusement sans succès. Je dis principalement car il a toujours existé quelques exceptions : KDD de Toulouse, Médine du Havre (gros soutien au passage face à l’actuelle polémique totalement infondée) Orelsan de Caen ou encore Tragédie de Nantes (LOL).

Aujourd’hui, il n’y a plus besoin d’affirmer la provenance de tel quartier ou telle cité pour réussir, et c’est ce qui fait que le rap est devenu le style musical qui connait le plus de succès depuis déjà de nombreuses années. Les maisons de disques le savent bien et c’est pas prêt de s’arrêter avec l’émergence perpétuelle d’artistes via les plateformes en ligne. Le plus dur finalement, c’est peut être plus de percer, mais de rester, un artiste éclate, un autre prend très vite sa place.

N’oubliez pas messieurs, un certain Charles.A vous a nommé pour héritiers, ne le décevez pas

 

Johnwait